Biographie/Philosophie

Biographie:

Vocation de tailleur de pierre

et

« L’ Atelier de la Licorne Bleue »

 

Pourquoi « Licorne Bleue »: Voir article du blog

Eric Rebaud,

Né le 15 février 1955 à Saint Etienne dans la Loire.

Faculté d’arts plastiques et école d’art privée à Paris, après un Baccalauréat littéraire.

Apprentissage du métier de tailleur de pierre au Centre de Formation Professionnelle de Blois en 1979.

Maçonnerie à la Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment.

Restauration Monuments Historiques en différentes entreprises (Région parisienne, Gard, Vaucluse)

Matières travaillées: Pierres calcaires diverses, Granit, Pierre bleue du Hainaut.

Créations, pièces uniques ou copies.
Style traditionnel ou créations plus contemporaines sur demande.

Mais reprenons depuis l’origine …

Cela a commencé il y a longtemps par une rencontre …

… Celle d’un enfant qui découvre l’éblouissante beauté de la pierre, cette matière à ses yeux saturée de lumière, paradoxalement compacte et diaphane, à la confluence de la pesanteur et d’une grâce quasi surnaturelle… Ces teintes d’ivoire, d’ambre, de miel, de lichen…et ce grain doux ou rêche, le fascinait…

Et que dire de toutes ces nuances, ces patines délicates et changeantes suivant la lumière des heures de la journée, des saisons, des années…

L’enfant ne se lasse pas d’admirer cette matière, comme pour mieux l’apprivoiser du regard …

Chapiteaux romans, gargouilles, bas-reliefs, moulurations complexes qui s’enchevêtrent en entrelacs fantasques… Je suis transporté …Dans les méandres de l’Histoire, à la fois géologique et humaine.

Cette dure substance, pour d’autres si froide, s’imposait à moi comme une évidence, sans doute encore confusément, pour cette « transfusion d’Esprit » que la main de l’artisan pouvait y insuffler:

 

Etonnante et mystérieuse alchimie…

 

C’est ainsi que, des années plus tard…

… Après un baccalauréat quelque peu littéraire, je suis des cours d’arts plastiques à Paris, puis me forme sans conviction au dessin publicitaire, activités qui me laissent dans le doute… et sur ma faim.

Trop abstrait, trop éloigné de la matière, trop sujet à toutes les dérives que je pressens, surtout les plus mercantiles ou les plus grotesques, atteignant même ce paroxysme du prurit dans ce dérisoire et ridicule « art contemporain » que l’on veut absolument nous vendre aujourd’hui …

Non, ce monde n’est décidément pas le mien.

Le souvenir de mes premières amours me revint alors vaguement à l’esprit … Et finira par s’imposer avec force tout à fait par hasard, le jour où je tins entre les mains un petit prospectus de formation professionnelle tout à fait anodin mais portant en couverture la photo d’un vieux tailleur de pierre poussiéreux au sourire paisible et à l’antique galurin cabossé …

 

Je ne sais pourquoi mais c’est le déclic…

 

Je décide alors sans aucune hésitation de quitter Paris pour répondre à cet irrépressible appel.

Cette étrange vocation dans un monde de « High-Tech » omni-présent, me mènera dans les hauts lieux du travail de la pierre où l’Histoire de France a laissé peut-être ses plus belles empreintes.

A Blois précisément, dans cette sublime Vallée de la Loire, au ciel pommelé et lumineux: Vallée des châteaux aux noms mythiques: Blois, bien sûr, mais encore Chenonceaux, Chambord, Cheverny et j’en passe …

Je serai donc initié à la taille de pierre avec ma vingtaine de collègues dans cet environnement de rêve: Une expérience qui marquera ma vie.

Je vous avoue travailler tous les jours encore avec la massette léguée par mon maître de formation qui, de son temps, oeuvra à la restauration du célèbre château de Chambord et de ses quelques trois-cent cheminées…

Grâce soit rendu à cet homme, Monsieur Marcel Besnard, pour sa simplicité, sa bonhommie et et sa patience sans borne à enseigner son art à des jeunes gens parfois un peu fous et turbulents, mais passionnés toujours, il est vrai !

Je renouerai donc avec les gestes ancestraux de mes anonymes autant qu’illustres prédécesseurs, utilisant les mêmes outils : ciseaux droits, ciseaux à grains d’orge, gouges diverses, massettes, rabots à pierre, cerce, compas … Ayant les mêmes crampes et croûtes aux mains qu’eux, sans doute, à leurs débuts !

Je me trouve pourtant spontanément et étonnamment à l’aise avec ce savoir-faire et ces outils antiques hérités des bâtisseurs de cathédrales:

 

Union du cœur, de la tête et de la main:

Beau programme pour un métier !

 

Ces mêmes gestes, je les mettrai en pratique par la suite dans le domaine de la restauration de Monuments Historiques (Paris, Provence…) ou encore de nos si simples et admirables bâtisses paysannes.

C’est ainsi que m’inspirant essentiellement de cet héritage classique, je crée en 1997 « l’Atelier de la Licorne Bleue » à Charroux, village médiéval de l’Allier.

Je suis admiratif de l’architecture romane, du dépouillement lumineux de ses abbayes cisterciennes, par exemple, mais j’aime également la finesse et l’élégance inégalées des architectures, des ornementations ou des sculptures du XVIIIème siècle, qui ont porté la France d’alors au sommet incontesté du bon goût et de la Civilisation.

 Mon but est de promouvoir la taille de pierre au sein de la Décoration intérieure ou extérieure.

J’aime créer des cheminées simples et élégantes, des fontaines aux moulures classiques, des tables de salon, de jardin, des bancs, des vasques, des éviers et timbres d’office, des entourages de fenêtres, de lucarnes, des colonnettes à chapiteaux ouvragés, etc …

Autant de créations variées à l’intemporelle et rassurante présence, car je trouve les modes souvent ennuyeuses … et si vite démodées.

 

Au fait, à propos de Décoration …

 

… Pourquoi diable aller si souvent chercher un certain « exotisme ethnique » déraciné et artificiel, ou bien encore les surenchères permanentes d’une « originalité » qui ne sont la plupart du temps que des déclinaisons d’un mauvais goût le plus sinistre, sous couvert bien entendu de « contemporain » !?

Nous disposons pourtant d’une richesse de patrimoine exceptionnelle et je pense que nos créateurs d’aujourd’hui pourraient avec grand bénéfice, inscrire plus souvent leur travail au sein-même de cette identité historique.

Loin d’être une « fermeture », comme on l’entend si souvent dans le jargon politiquement correct, j’y vois plutôt la promesse d’une continuité, d’une transmission, mais aussi de l’approfondissement d’une fécondité enracinée dans la Beauté et dans l’ Histoire.

De la même façon qu’une parcelle de l’âme vivante et millénaire de la France nous est parvenue, comme concentrée  dans la poésie des noms de ces carrières de France: Fontvieille, Estaillade, Lacoste, de Provence; Chancelade… Saint Vivien… La Rochebeaucourt… ou encore Chauvigny… Tervoux, du Poitou… ou également Beaunote, Champcelée, Saint Marc, de notre belle Bourgogne …

(Comme s’il y avait là une attente sourde de la roche endormie, pressentant le tintement clair de l’outils qui viendra l’arracher à son sommeil millénaire.)

En suivant cette allégorie, il me semble qu’est endormi notre immense patrimoine historique: Prodigieux gisement sous nos pieds, incroyablement riche, et que le monde de l’artisanat d’art et de la création n’a, pour l’instant fait qu’effleurer comme source d’inspiration…

 

Gageons qu’il n’en sera pas toujours ainsi !

 

De même qu’il y a une boulangerie française de tradition, appréciée dans le monde entier, continuant à exister en parallèle avec les nombreux ersatz industriels, tous les anciens métiers pourraient eux aussi renouer le fil de leur Histoire vivante qu’un modernisme tristement réducteur a prématurément et temporairement enterré ou presque…

Nous en apercevons d’ailleurs les prémices avec l’engouement pour le « Made in France » et la forte demande d’authenticité de nos contemporains …

Il n’y a pas de fatalité et l’Histoire est écrite par ceux qui la font.

Si nous en croyons Nietzsche:

« L’homme de l’avenir sera celui de la plus longue mémoire. »

 

 

 

Ma modeste philosophie de tailleur de pierre 

« Gesta, non Verba ! »
Locution latine :
“Assez de mots, des actes !”

 

RESTAURATION DE BÂTI ANCIEN

 

Tailleur de Pierre indépendant de formation depuis 1979, amoureux de notre belle pierre de France, héritage éternellement beau, je me suis installé dans le département de la Nièvre depuis 2001, vert pays d’eau vive et de forêts et l’un des plus beaux départements de Bourgogne !

Depuis plus de trente ans, je perpétue ce travail lié à la tradition du bon goût français et je suis heureux de mettre ce savoir-faire à votre service.

La France a été par le passé le pays d’une architecture de charme à nulle autre pareille. A la confluence des mondes nordique et méditerranéen, les bâtisses paysannes aussi bien que les villes ont vu fleurir en 2000 ans d’Histoire de si sublimes chefs-d’oeuvre et paysages que le monde entier vient encore les admirer aujourd’hui, en dépit de l’enlaidissement généralisé…

Au coeur de cette floraison de savoir-faire et de matières authentiques en accord avec la terre ancestrale (pierre, bois, fer forgé, terre, chaume, etc…), les différentes architectures régionales ont ainsi fleuri…

Aujourd’hui ce patrimoine exceptionnel est menacé.

D’une part, par l’abandon dû à l’exode rural massif et à la mort des campagnes, mis en place depuis 1945 par nos dirigeants de génie… D’autre part, du fait de l’emploi généralisé de matériaux et procédés industriels sans rapport avec les différents terroirs.

Ainsi l’âme de nos sites, campagnes ou villages s’évapore peu à peu pour laisser la place à des “pavillons” sans aucun charme, ni caractère régional.

Fort heureusement, des tentatives existent, comme “Maisons Paysannes de France” par exemple, mais demeurent bien trop isolées, hélas.

Ainsi est-il urgent à mon sens de nous “ré-éduquer” à une certaine authenticité architecturale.

Difficile aujourd’hui où les “maisons d’architectes” deviennent de vulgaires cubes archi-cubiques dépourvus de la moindre grâce ! Sans doute la paresse intellectuelle se dissimule-t-elle ici sous le plus ridicule des snobismes… Le dépouillement ! le minimalisme ! Le vide en quelque sorte… n’est-ce pas… Voyez-vous…

Oui, en réalité le grand vide d’une décadence intellectuelle avancée !

Si vous êtes sensible à cet aspect des choses en vue de la restauration d’une ancienne bâtisse, ne manquez pas de contacter les délégués départementaux de “Maisons Paysannes de France”: Ils sauront vous proposer des solutions afin de valoriser (souvent à moindre coût !) votre bâti.

Par exemple: Un simple enduit chaux grasse et sable pour vos murs est à la fois la plus authentique, la plus saine et la moins chère des solutions !

Mon atelier de taille de pierre est installé dans le département de la Nièvre.

Je vous propose :

* Eléments de restauration de bâti ancien en Nièvre (entourages de portes, fenêtres, lucarnes, cheminées, linteaux divers, etc…)

* Décoration pour intérieur/exterieur en pierre de Bourgogne.

* Possibilité de fournir éléments en Granit (vue la proximité du Morvan granitique)

 

 VISION A LONG TERME ET RESPECT DE LA NATURE 

 

Les créations de “L’Atelier de la Licorne Bleue” sont durables, parfaitement recyclables et 100 % en pierre naturelle de France.

En dehors des modes changeantes et éphémères, elles respectent la nature.

Peut-être est-il temps en effet de revenir à un mode de production plus proche des cycles naturels…

Plus proche également d’une quête de sens que les déséquilibres de plus en plus marqués de notre société mettra toujours plus cruellement en lumière.

Pourquoi en effet toujours privilégier des processus de fabrication toujours plus néfastes pour l’environnement et plus dépersonnalisant pour l’être humain ?

Les processus industriels, s’ils favorisent la concentration du capital entre les mains du petit nombre, en revanche ont dépossédé le plus grand nombre de ses savoir-faire ancestraux.

On nous assure depuis cette “révolution industrielle”, suite inéluctable de la révolution “française” et de l’interdiction des corporations par la république, que c’est le Progrès !

Mais le progrès pour qui et le progrès de quoi ?

Le progrès pour les grandes fortunes apatrides et leurs actionnaires, certainement.

Le progrès de techniques toujours plus énergivores et niveleuses des identités, assurément.

Mais où sont les progrès du bonheur humain ?

Les progrès d’une gestion économe des ressources naturelles ?

Les progrès de la qualité et de l’authenticité des productions humaines ?

Hélas, je ne les vois pas.

Où sont passés les innombrables savoir-faire qui donnaient du travail au plus grand nombre, ainsi que des productions durables, belles et de haute qualité ?

Où sont passées les notions d’accomplissement et de plénitude humaine qui caractérisaient la patiente maîtrise de ces savoir-faire ?

Je pense vraiment que des politiques responsables et dignes de ce nom mettraient tout en oeuvre pour faire refluer les modes de production industrielle vers le strict nécessaire et favoriser au contraire dans une très large mesure et partout où cela est possible des modes de production artisanaux ou semi-artisanaux garants de reclassement humain.

La balance globale en serait évidemment positive: Emplois, économie de moyens et d’énergie, mise au pilori de cette odieuse “obsolescence programmée”, productions durables et de qualité, amélioration du “Bonheur Intérieur Brut”, etc …

Le problème étant que le pouvoir politique est avant tout au service de groupes transnationaux et de leurs actionnaires et non de ce que nous appelions encore il y a peu de temps le Bien Commun.

 

 VALORISATION DE VOTRE PATRIMOINE 

 

Un évier en pierre ancien, une cheminée aux galbes subtils, un beau dallage, ou, d’une manière générale, toutes les créations anciennes en pierre de taille, fabriquées voila plus de deux-cents ans, sont aujourd’hui très recherchées par les antiquaires et les particuliers en raison de leur beauté, de leur authenticité, de leur belle patine … bref, de leur âme, datant d’une époque où l’amour de la belle ouvrage n’était pas un vain mot …

Les créations de “L’Atelier de la Licorne Bleue” représentent donc un investissement judicieux … dans l’univers de ce que l’on peut appeler les « Antiquités de demain » !

Intégrer un dallage, un évier, une fontaine ou tout autre produit en pierre de Bourgogne chez vous, est en effet bien plus qu’une simple dépense.
La pierre naturelle donnera ce caractère unique, authentique et apaisant à votre logis, tout en valorisant votre patrimoine de la plus belle façon.

 

 MAINTIEN DU TISSUS ECONOMIQUE RURAL  ET DE L’ARTISANAT TRADITIONNEL FRANCAIS.

 

Les créations  de “L’Atelier de la Licorne Bleue”, étant 100% fabriquées en France, qui plus est avec une matière première locale, votre achat permet de privilégier un travail artisanal français de qualité, ainsi qu’une économie humaine et relocalisée.

 

 EN CONCLUSION …

 

Mes créations s’inscrivent dans une vision économique et écologique responsables, paramètres devenus aujourd’hui incontournables. Je vous propose de vous conseiller dans la réalisation de votre projet en étudiant avec vous sa faisabilité technique et son coût :