Pose d’une cheminée Louis XIII campagnarde.

La cheminée a toujours été chez nous, le centre du foyer, le coeur chaud et rassurant près de laquelle on se retrouve, où l’on partage le repas familial et où l’on reprend des forces.

La France possède par ailleurs l’un des plus beaux patrimoines artisanaux qui soient.

A la confluence de la rigueur du Nord de l’Europe et de la volubilité de son Sud, les formes qui se sont développées sur notre sol sont empreintes d’une pondération tranquille et chaleureuse sans superflu… Un certain art de vivre “d’Ancien Régime”, et qui a longtemps été reconnu comme le Bon Goût français.

Loin de la “galopade” perpétuelle d’aujourd’hui et de ses “hamburgers” dévitalisés et avalés au lance-pierre, l’on y prenait le temps qu’il fallait pour préparer et manger reconstituante et roborative pitance.

C’est le choix aujourd’hui de beaucoup de citadins de remettre un pied, voire les deux “à la campagne”, et de retrouver au moins un temps, un rythme et un espace plus conforme à la bonne vie, simple et apaisante autour de la cheminée.

La cheminée dont vous verrez les photos ici a été taillée en atelier avant d’être acheminée non sans mal, élément par élément, le long d’une minuscule route suivie d’un chemin muletier dans un magnifique vallon de notre belle Bourgogne.

Corbeaux de cheminée en pierre de bourgogne

Ouf ! La pose va pouvoir commencer…

D’abord le soubassement qui permettra d’avoir le feu à hauteur de vue et de pouvoir s’asseoir et se chauffer le rable au besoin !

Pose d'une cheminée en pierre de Bourgogne

Une fois que tout a bien “tiré” (séché), la sole foyère, recouverte de belles et bonnes briquettes de la tuilerie voisine, recevra les deux jambages:

Cheminée en pierre de Bourgogne

Puis ce sera le tour des deux corbeaux de cheminée dont les logements ont été au préalable aménagés à bon emplacement. L’aide du palan à chaîne est ici décisive et rend la tâche aisée. L’ouvrier doit ici veiller entre autres au parfait calage de ceux-ci, de façon à recevoir le linteau et ses retours latéraux à l’étape suivante.

Cheminée en pierre de Bourgogne

Après une nuit de séchage du mortier de chaux, ce sera donc la pose du linteau, toujours ici à l’aide du palan. On voit de part et d’autre, posés sur les jambages, les “retours de linteau” gauche et droit, prêts à être jointoyés en même temps que le linteau lui-même :

Pose d'une cheminée en pierre

Enfin viendra le tour du petit élément mouluré appelé tablette, qui, par son élégante Doucine parachèvera le couronnement caractéristique de l’ensemble.

Cheminée Louis XIII

*

Cheminée en pierre de Bourgogne

Il faudra encore le conduit de cheminée et le registre de fermeture qui obture le conduit quand la cheminée n’est pas en service: Il évite ainsi les courants d’air froids et les odeurs de suie…

Ce n’est qu’après un temps de séchage suffisant, afin que toute eau du mortier soit bien évaporée, que le maître des lieux pourra enfin procéder à sa première et crépitante flambée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *