Restauration de bâti ancien

Restauration de bâti ancien: Que faut-il éviter à tout prix ?

La restauration de bâti ancien demande des soins adaptés et ne doit pas faire l’objet de “restaurations” sauvages et sans âme comme c’est trop souvent le cas.

Le tailleur de pierre est à même d’étudier la problématique spécifique d’un bâti ancien et de déterminer quels types de travaux entreprendre. Dans le domaine de la restauration du bâti traditionnel en effet, la nature du mortier et les savoir-faire utilisés suivant les époques varient grandement et demandent à être respectés. Tout cela doit faire l’objet d’une observation minutieuse afin de mettre en oeuvre les techniques qui conviennent. Or chaque bâti traditionnel est unique et une belle restauration passe tout d’abord par le respect de cette “âme” particulière…

Pourquoi la Chaux blanche naturelle ?

 

Des associations comme “Maisons Paysannes de France” font depuis des années un excellent travail de sensibilisation sur ce sujet. N’hésitez pas à recourir à leur documentation et à leur conseils. Le bâti ancien possède autant de variantes que de régions dans notre pays: Suivant les coutumes, la nature géographique des lieux, le climat, etc… On ne traitera pas de la même manière une architecture de terre crûe, de bois, de pierre, etc. 

Pour les maçonneries de pierre traditionnelles, que ce soit pierre de taille ou limousinerie, et d’une manière générale pour toute restauration de bâti ancien, le seul mortier adapté est celui à base de chaux blanche naturelle et de sable local. On évitera les ciments et chaux grises apparentées (qui sont à peine moins dures que le ciment et terriblement imperméables). En effet un mur de pierre et son enduit de chaux naturelle ne sont pas étanches et ne piègent pas les remontées d’humidité à l’intérieur du bâtiment comme le font les enduits de ciment. Un mur sain est un mur qui “respire” et seul le mortier de chaux blanche naturelle permet cette saine respiration. 

Image associée

On insistera jamais assez sur l’inadéquation des ciments avec le bâti ancien. Trop dur, le ciment fissure en surface et n’accepte pas la plus minime et inévitable déformation liée au temps. A l’inverse la chaux possède une certaine “souplesse” et saura vieillir en durcissant très lentement. 

Exemple d’intervention:

Remplacement d’un appui de fenêtre complètement dégradé par un élément neuf en pierre de Bourgogne:

Avant:

Pendant:

Après:

 

 

Série de corniches en doucine pour château XIXème --->>>
Les doucines en corniche sous toiture
Mise en place d'une pierre d'autel pour une chapelle --->>>
Chapelle Saint Elymond (58)
Remplacement des meneaux sur une église XIIIème
Restauration des remplages sur la même église
Restauration d'une balustrade XIXème
Remplacement d'une pièce de limon
Création à l'identique d'un linteau mouluré de remplacement
Pièce de remplacement d'un limon en retour d'angle. Ancien élément à l'arrière-plan
Pièce d'appui et jambages pour ouverture ci-contre:
Appui et jambages dégradés en attente de remplacement
Colonnettes en marbre d'une villa néo-Vénitienne XIXème, en attente de remplacement
Les nouveaux éléments en attente de pose
Création d'un Lion manquant sur la même villa
Le nouveau Lion en attente de pose
Entourage de porte fortement dégradé sur Bâtiment XVIIIème
Après restauration
Entourage de fenêtre très dégradé avant restauration
Après restauration